medecine

La renaissance et Albertini Salomon

Salomon Alberti medecin esthétique

A la fin du XVI e siècle la médecine a intégré la vie intellectuelle et sociale en Europe.

La profession médicale, désormais réservée aux laïcs, voit en effet sa position s’affirmer avec prééminence. Des dispositions légales en définissent les statuts, les droits et les obligations, subordonné à la délivrance préalable d’un diplôme d’Etat ou d’Université.

Si les conditions d’exercice laissent – et laisseront encore pendant longtemps – beaucoup à désirer, l’enseignement prend une ampleur jusque là inconnue. Le recrutement des maîtres les plus prestigieux se fait avec la participation des étudiants; ceux-ci interviennent même dans l’administration de leurs facultés respectives, sans distinction de nationalité, de classe ni de confession. Les frais d’inscription restent élevés. Le corps enseignant sauvegarde jalousement son autonomie. Les lectures commentées de naguère ont fait place à des travaux pratiques et à des discussions libres dirigées par le professeur en personne. L’enseignement de la clinique est pratiquement inexistant. Les artistes les plus célèbres s’honorent de faire le portrait, en peinture ou en sculpture, des maîtres et des praticiens de renom.

Les médecins sont de plus en plus reconnus dans la société. Il n’est guère de grand praticien de la Renaissance qui n’ait été, à un moment ou à un titre quelconque, médecin de prince ou de roi, de pape ou d’empereur.Le premier médecin, on pourrait lui prétendre le titre de médecin esthétique aussi, Salomon Albertini il est allé à Dresde et y est mort le 29 mars 1600.a

Cependant quelques esprits sectaires ou rétrogrades ne manquaient pas d’entretenir des discussions stériles. L’attitude de ces hableurs et faux savants prêtait au ridicule au risque de former des Thomas Diafoirus (Molière dans le Malade imaginaire).

La médecine et la chirurgie prennent l’importance qui leur revient dans l’armature de l’État (dans les municipalités, dans l’armée, dans les missions diplomatiques). Mais il perdure de nombreux endroits où les soins ne sont pas ordonnés par les médecins. Dans le meilleur des cas, des moines ou des religieuses déterminent eux même les soins à donner, et se réfèrent au savoir médical. Mais ailleurs la pratique revient aux sans diplômes, aux rebouteux (qui réduisent fractures et luxations) et aux herniers (qui traitent les hernies). L’art de médecin s’oppose alors au terme de charlatan, terme qui voit le jour pour qualifier ce qui crient (ciarlare) pour recruter sur les foires et les marchés. Les charlatans sont condamnés par les universités.

Cet extrait de l’ouvrage, dans une traduction de Leibowitz2, souligne à nouveau que les découvertes de plusieurs anatomistes du XVIe siècle ont permis à un homme – Fabricius ab Aquapendente – de s’attribuer le mérite de la découverte des valves veineuses :

… Voici ce que nous enseignons comme étant la chose la plus importante à dire sur les valvules… Il a été rapporté qu’à partir de l’année 1579, Hieronymus Fabricius ab Aquapendente a mis en évidence les valves des veines brachiales et crurales… C’est ce que j’ai perçu à travers l’audition ou les lettres que Georgius Palm, médecin de la célèbre université (de Padoue), m’a envoyées à Nuremberg. La même année, en 1579, j’ai moi-même, en enseignant dans notre théâtre anatomique, fait la démonstration des valves dans les veines. Peu de temps après, Fabricius les a montrées à Padoue.

La vision de Galen sur le système vasculaire

À la fin du XVIe siècle, de nombreux anatomistes connaissaient l’existence des valvules veineuses, mais ne parvenaient pas à expliquer leur fonction. Ils étaient tous prisonniers des théories de Galen sur la physiologie du mouvement du sang, et ne pouvaient donc pas identifier la véritable fonction des valvules. Galen (130-201), médecin grec et scientifique médical à Rome, pensait que le sang était produit dans le foie, où il recevait un “esprit naturel”. De là, pensait-il, il allait à la périphérie du corps, poussé par une force d’attraction. Il pensait également que le sang contribuait à la formation d'”esprits vitaux” dans le cœur et d'”esprits animaux” dans le cerveau.Galen réalisa que les deux côtés du cœur ne se contractent pas de manière simple, mais il ne comprit pas cela comme l’action d’une pompe. Il imaginait que le sang était transféré de la chambre droite à la chambre gauche par de petits pores dans la “membrane de séparation”.

Compte tenu de cette notion de mouvement du sang, il était en effet difficile pour ces anatomistes d’expliquer la fonction des valves veineuses. La percée s’est faite avec William Harvey et sa découverte de la circulation sanguine. Il a complètement révisé la théorie de Galen sur le mouvement du sang et a ouvert les portes de la médecine moderne.

William Harvey était un jeune étudiant anglais qui a assisté à la démonstration anatomique de Fabricius ab Aquapendente. Son séjour à Padoue en tant qu’étudiant de Fabricius ab Aquapendente l’a inspiré, à son retour en Angleterre, à se lancer dans une recherche approfondie sur les valves veineuses. Ses recherches ont conduit à l’une des découvertes essentielles en médecine, la circulation sanguine.

Après avoir étudié à Cambridge, Harvey s’est rendu à Padoue, le centre d’enseignement médical de l’époque. Là, il a fait la connaissance de Fabricius ab Aquapendente et a appris ses découvertes sur les valves veineuses.

En 1602, il retourne en Angleterre, où il acquiert rapidement une grande réputation. Il est élu membre du London College of Physicians et devient médecin de cour pour le roi Jacques Ier et, plus tard, pour le roi Charles Ier10 . Au cours de cette période, il approfondit également ses recherches et sa publication de 1628, Exercitatio Anatomicae de Motu Cordis et Sanguinis in Animalibus6 (Sur le mouvement du cœur et du sang chez les animaux), est l’un des ouvrages les plus importants de la médecine32. Sa conclusion, selon laquelle la fonction principale des valves veineuses était de maintenir la direction du flux sanguin vers le cœur, a révolutionné la théorie galénique et ouvert la porte à l’ère moderne de la médecine.

Et c’est ce que j’ai souvent expérimenté lors de mes dissections de veines : si j’essayais de faire passer une sonde du tronc des veines dans une des plus petites branches, quels que soient les soins que je prenais, il m’était impossible de l’introduire loin de toute façon, à cause des valves ; alors que, au contraire, il était plus facile de la pousser dans la direction opposée, de l’extérieur vers l’intérieur, ou des branches vers les troncs et les racines. En de nombreux endroits, deux valves sont placées et ajustées de telle manière que, lorsqu’elles sont relevées, elles se rejoignent exactement au milieu de la veine et sont unies par le contact de leurs bords ; et l’adaptation est si précise que ni l’oeil ni aucun autre moyen d’examen ne permet de percevoir la moindre fissure le long de la ligne de contact. Mais si la sonde est maintenant introduite de l’extrême vers les parties plus centrales, les valves, comme les vannes d’une rivière, cèdent et sont plus facilement écartées. L’effet de cette disposition est clairement d’empêcher tout mouvement du sang du coeur et de la veine cave, que ce soit vers le haut vers la tête, ou vers le bas vers les pieds, ou de chaque côté vers les bras, pas une goutte ne peut passer…

Définir une mesure

La première question à se poser est la suivante : Qu’est-ce que je veux savoir exactement ? En médecine, la réponse à cette question est généralement donnée en termes d’entités vaguement définies telles que l’état de croissance néonatal ou l’état cardiovasculaire du fœtus. Dans les statistiques multivariées, ces entités sont appelées “variables latentes “et sont sujettes à une grande confusion car elles ne peuvent pas être mesurées directement et les différents chercheurs les définissent différemment. Il existe généralement plus d’un niveau de variable latente. Par exemple, la variable latente primaire “état de croissance néonatale” peut être définie avec des structures anatomiques spécifiques mesurées dans les 24 heures suivant la naissance. Ces variables latentes secondaires pourraient inclure, par exemple, la taille de la tête et du tronc, tandis que les variables tertiaires seraient les mesures réelles de la tête et de la circonférence abdominale. Aux premier et deuxième niveaux, les définitions utilisées dans cet exemple sont très générales et personne ne peut être sûr de leur signification réelle. En revanche, les variables du troisième niveau nécessitent la définition de plans anatomiques spécifiques, de méthodes de mesure spécifiques et, pour l’interprétation, de plages de référence spécifiques. Ces mesures sont définies de manière complète et spécifique. Elles sont appelées “variables observables” et leur signification est scientifiquement connue.

Dans la pratique, on part généralement d’un concept très général de ce que l’on veut savoir et on descend ensuite logiquement vers une mesure spécifiquement définie qui donne des informations directement sur le sujet étudié. Il est très rare qu’on puisse identifier une mesure unique qui fournisse des informations directes et complètes sur l’objectif déclaré de l’enquête. Il est essentiel que chaque niveau de la chaîne d’information soit relié logiquement aux niveaux supérieurs et inférieurs de sorte que la mesure réelle de la variable observable transmette des informations sur la variable latente primaire à l’enquêteur et à ses lecteurs. Si ces connexions logiques n’existent pas, la mesure ne peut pas être interprétée. Il faut également accepter que si la mesure à la fin de la séquence logique ne peut être effectuée, il faut travailler sur une nouvelle méthodologie ou abandonner l’enquête. Certains sujets ne peuvent pas être étudiés quantitativement, quelle que soit leur importance clinique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code