medecine

Hippocrate et la medecine

chirurgien esthétique

 

Le serment d’Hippocrate

 

Le serment d’Hippocrate a peut-être été écrit entre le 6e siècle avant J.-C. et le 4e siècle après J.-C. Il a été l’exemple de l’éthique médicale et il n’est pas rare que, bien qu’attribué à tort à Hippocrate dans son intégralité, il soit resté le symbole de l’attitude des médecins. L’interdiction de l’avortement et du suicide étaient (et sont toujours) conformes aux principes de l’église chrétienne. En outre, la première référence au serment remonte au premier siècle après J.-C. et a peut-être été appropriée peu après, car elle répondait aux idéaux religieux de l’époque. Cependant, il est ironique qu’avec toute l’influence religieuse implicite dans le serment, il soit associé à Hippocrate, le médecin qui a séparé la médecine de la religion et la maladie des explications surnaturelles.

Une deuxième divergence entre le Serment et les principes d’Hippocrate en général est l’interdiction du suicide, puisque dans l’Antiquité il n’était pas censuré. Le suicide en tant que soulagement de la maladie était considéré comme justifiable, à tel point que dans certaines villes, il s’agissait d’une institution légalisée par les autorités. Le suicide n’était pas non plus interdit dans les religions anciennes. De plus, les Grecs ne pensaient pas à un châtiment éternel pour ceux qui mettaient fin à leur vie de cette manière et les lois et les religions laissaient les médecins libres de faire ce que leur conscience leur permettait.

La position adoptée dans le serment semble être conforme aux principes des Pythagoriciens, puisque parmi toutes les écoles de philosophie grecques, seules elles sanctionnent le suicide et l’avortement. Le serment est également en accord avec les interdictions pythagoriciennes contre les procédures chirurgicales de toutes sortes et contre les effusions de sang, puisqu’on croyait que l’âme y résidait. Là encore, cette interdiction de couper est particulièrement contraire à plusieurs traités du Corpus Hippocraticus, où l’on trouve des examens approfondis des techniques chirurgicales et des procédures de salle d’opération.

Avec tous ces faits, on pourrait dire que tout était déjà préparé pour qu’on puisse avoir aujourd’hui un chirurgien esthétique. Paris est une ville qui a en son sein plusieurs cabinets spécialisé dans la médecine esthétique.

 

Qui était Hippocrate ; a-t-il écrit le serment ?

On sait très peu de choses sur Hippocrate à partir de Cos. Il a vécu vers 460-380 avant J.-C. et était un praticien contemporain de Socrate. Les historiens suggèrent qu’Hippocrate pourrait avoir été un Asclépiade, membre d’une guilde de médecins dont les origines sont basées sur Esculape (Asclépios), le dieu de la médecine. Il était sans aucun doute le médecin et le professeur de médecine le plus célèbre de son temps et on lui attribue le Corpus Hippocraticus. Cependant, ces traités contiennent des informations contradictoires et ont été rédigés vers 510 – 300 avant J.-C., il se peut donc qu’ils n’aient pas tous été écrits par lui.

Le serment est appelé “Hippocraticus” et bien que, selon les historiens de la médecine, sa paternité soit mise en doute, son contenu suggère qu’il a été écrit vers le 4e siècle avant J.-C. conformément aux doctrines de la philosophie pythagoricienne, ce qui permet de penser qu’il a été écrit par lui.

Les écrits de Galen ont été sollicités pour aider à déterminer la paternité du serment, car il était le dernier des grands médecins grecs et l’auteur de traités d’anatomie, de physiologie et de pathologie, dont les vues sur Hippocrate étaient très influentes. Il connaissait bien le problème de la paternité des traités d’Hippocrate et l’une de ces œuvres, The Nature of Man, avait été attribuée à Polybus. Toutefois, Galien estime que si The Nature of Man avait été écrite par Polybus, cela constituerait une bonne preuve pour les doctrines d’Hippocrate, puisque Polybus était un gendre et également un disciple d’Hippocrate, qui aurait pris la tâche de l’éduquer. Le plus important est que Polybus ne semble pas avoir modifié les doctrines d’Hippocrate. Galien indique donc que, même si certains des traités n’ont peut-être pas été écrits par Hippocrate, il est très probable qu’ils reflètent fidèlement son point de vue.

Il est intéressant de noter que, lorsqu’elles ont été écrites, les opinions d’Hippocrate n’étaient pas bien acceptées, car elles ne représentaient à l’époque que le point de vue d’une minorité de l’opinion grecque. Cependant, à la fin des temps anciens, les médecins ont commencé à accepter les termes du serment. Il est possible que lorsque la médecine scientifique a connu un déclin après la chute de l’Empire romain, le serment d’Hippocrate, ainsi que les diktats de la médecine hippocratique, aient survécu à cette période grâce aux écrits des autorités arabes en matière de médecine, comme Al Kindi, Ali Abbas et Ibnu Sina.

Après la chute de Rome, la connaissance du grec a été relancée en Occident grâce aux traductions latines des ouvrages écrits à l’origine en grec, et à la fin du 17e siècle, des normes de comportement professionnel avaient été établies. Le premier code d’éthique médicale adopté par les organisations professionnelles a été rédigé en anglais en 1794 par le médecin Thomas Percival (1740-1804) et a été adapté et adopté par l’American Medical Association (AMA) en 1846. Ce code d’éthique a constitué une norme pour les médecins, dictant l’autorité morale et l’indépendance des médecins au service d’autrui et leur responsabilité envers les patients, ainsi que l’honneur du médecin individuel.

Après la Seconde Guerre mondiale, plusieurs médecins du régime nazi dans les camps de concentration ont été reconnus coupables d’avoir enfreint le code de déontologie médicale en menant d’horribles expériences sur des prisonniers. Cette situation a conduit à la composition du Codex de Nuremberg (1947), qui a représenté le point de départ des discussions concernant le traitement éthique des sujets humains et a défini l’éthique de la recherche médicale. Cela a conduit à l’adoption du Serment de la Déclaration de Genève par l’Association médicale mondiale en 1948.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code