Uncategorized

Marie et Pierre Curie isolent le radium

Le 20 avril 1902, Marie et Pierre Curie réussissent à isoler les sels de radium radioactifs du minéral pechblende dans leur laboratoire à Paris. En 1898, les Curie ont découvert l’existence des éléments radium et polonium dans leurs recherches sur la pechblende. Un an après avoir isolé le radium, ils partageront le prix Nobel de physique 1903 avec le scientifique français A. Henri Becquerel pour leurs recherches révolutionnaires sur la radioactivité.
Marie Curie est née Marie Sklodowska à Varsovie, en Pologne, en 1867. Fille d’un professeur de physique, elle est une élève douée et, en 1891, part étudier à la Sorbonne à Paris. Avec les plus hautes distinctions, elle obtient un diplôme en sciences physiques en 1893 et en mathématiques en 1894. Cette année-là, elle rencontre Pierre Curie, un physicien et chimiste français réputé qui a réalisé d’importants travaux sur le magnétisme. Marie et Pierre se marient en 1895, marquant ainsi le début d’une collaboration scientifique qui allait acquérir une renommée mondiale.

Marie Curie : Les faits sur la chimiste pionnière

A la recherche d’un sujet pour sa thèse de doctorat, Marie Curie a commencé à étudier l’uranium, qui a été au cœur de la découverte de la radioactivité par Becquerel en 1896. Le terme de radioactivité, qui décrit le phénomène de radiation causé par la désintégration atomique, a en fait été inventé par Marie Curie. Dans le laboratoire de son mari, elle a étudié le minéral pitchblende, dont l’uranium est l’élément principal, et a signalé l’existence probable d’un ou plusieurs autres éléments radioactifs dans le minéral. Pierre Curie l’a rejointe dans ses recherches et, en 1898, ils ont découvert du polonium, du nom de la Pologne natale de Marie, et du radium.
Pendant que Pierre étudiait les propriétés physiques des nouveaux éléments, Marie travaillait à isoler chimiquement le radium de la pechblende. Contrairement à l’uranium et au polonium, le radium n’existe pas librement dans la nature, et Marie et son assistant André Debierne ont laborieusement raffiné plusieurs tonnes de pechblende afin d’isoler un dixième de gramme de chlorure de radium pur en 1902. Grâce aux résultats de ces recherches, elle a obtenu son doctorat en sciences en juin 1903 et, plus tard dans l’année, elle a partagé le prix Nobel de physique avec son mari et Becquerel.

Elle a été la première femme à recevoir un prix Nobel.

Pierre Curie a été nommé à la chaire de physique de la Sorbonne en 1904, et Marie a poursuivi ses efforts pour isoler du radium pur, sans chlorure. Le 19 avril 1906, Pierre Curie est tué dans un accident dans les rues de Paris. Bien que dévastée, Marie Curie s’engage à poursuivre ses travaux et, en mai 1906, elle est nommée au siège de son mari à la Sorbonne, devenant ainsi la première femme professeur de l’université. En 1910, avec Debierne, elle réussit enfin à isoler le radium pur et métallique. Pour cette réalisation, elle a été la seule à recevoir le prix Nobel de chimie en 1911, ce qui fait d’elle la première personne à recevoir un deuxième prix Nobel.
Elle s’est intéressée aux applications médicales des substances radioactives, travaillant sur la radiologie pendant la Première Guerre mondiale et sur le potentiel du radium comme thérapie anticancéreuse. À partir de 1918, l’Institut du radium de l’Université de Paris a commencé à fonctionner sous la direction de Curie et a été dès le début un centre majeur de chimie et de physique nucléaire. En 1921, elle se rend aux États-Unis et le président Warren G.

Harding lui offre un gramme de radium.

La fille de Curie, Irene Curie, était également physico-chimiste et, avec son mari, Frédéric Joliot, a reçu le prix Nobel de chimie en 1935 pour la découverte de la radioactivité artificielle. Marie Curie est morte en 1934 d’une leucémie causée par quatre décennies d’exposition à des substances radioactives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code