lipostructure

Liposuccion et lipoinjection : liposculpture, lipostructure

Liposuccion (retrait de la graisse d’une zone du corps pour la modeler ou en réduire le volume. Équivalent de la liposculpture) a été, et restera peut-être cette année encore, l’intervention chirurgicale la plus pratiquée dans le monde. Plus fréquent que l’appendicectomie. Évidemment, si elle est si répandue, c’est qu’il y a une raison. Tout d’abord, parce qu’il fonctionne, c’est-à-dire que ses effets sont remarquables et stables dans le temps. Vous enlevez vraiment cette graisse supplémentaire et elle n’est plus là. La forme de votre corps va changer, peut-être pour toujours.
Deuxièmement, parce que le public qui souhaite le faire est très large. Il ne s’agit pas d’une intervention esthétique coûteuse, de sorte que différentes économies peuvent y avoir accès ; dans de nombreuses occasions, elle peut être réalisée sous anesthésie locale et non générale, ce qui permet d’éviter les craintes, parfois infondées, de nombreux patients ; elle peut être réalisée dans une population présentant un large éventail d’âges, même si les résultats seront meilleurs dans les peaux jeunes qui se rétracteront mieux ; et elle est techniquement plus simple que les autres. Cette dernière a conduit à sa réalisation parfois par un personnel mal formé qui ne pourra pas réagir en cas de complication.

Plus tard, un fait révolutionnaire est apparu :

La graisse extraite pouvait être purifiée et réintroduite dans d’autres parties du corps du même patient. La modification totale de la forme. “Comme si nous étions en pâte à modeler…”. La lipoinjection ou ce que nous connaissons sous le nom de lipofilling (peut être assimilé à la lipostructure). Révolutionnaire du point de vue de la possibilité d’augmenter une partie du corps ou du visage, en transplantant sa propre graisse, sans avoir besoin d’introduire une prothèse ou un produit de remplissage avec des substances synthétiques, permanentes ou non. C’est-à-dire adieu au rejet ou à l’intolérance, puisqu’il s’agit du propre tissu du patient. Mais en outre, grâce à diverses études, on a découvert qu’avec la graisse transplantée, des cellules souches flottaient.
Il semble qu’en transplantant ces cellules souches, nous pouvons améliorer toutes les structures qui les entourent, pouvant par exemple améliorer l’apparence de la peau vieillissante du visage si nous la mettons pour combler les pommettes ou les rides, ou améliorer grandement la qualité de la peau soumise à la radiothérapie dans une reconstruction mammaire, ce qui nous permettra de placer une prothèse là où peut-être auparavant elle était contre-indiquée. Il est même possible de réaliser une augmentation mammaire exclusivement au moyen de plusieurs séances de greffe de graisse.
Les possibilités sont si nombreuses et si fabuleuses que les recherches que nous continuons à mener ne cessent d’apporter de nouvelles solutions esthétiques et reconstructives. Pour l’instant, nous pouvons déjà faire bénéficier nos patients des nombreuses applications découvertes pour l’autogreffe de graisse.

Qu’est-ce que la lipostructure du visage ?

C’est la chirurgie esthétique qui combat les effets du temps qui passe, en récupérant la perte de volume, de fermeté et de vitalité du visage. Il permet d’améliorer les proportions du visage et, en général, d’obtenir une plus grande harmonie du visage.

Pourquoi se soumettre à une lipostructure du visage ?

Avec le temps, nous perdons de la graisse dans les tissus du visage, ce qui rend certains signes de vieillissement plus visibles. En effet, le tissu adipeux du visage est constitué de plusieurs compartiments remplis de graisse qui se vident, perdent leur jeunesse et rendent le visage plus flasque, vide et affaissé sous l’effet de la gravité, avec un aspect fatigué.
C’est à cause de ce phénomène que l’on constate que les personnes âgées ont des structures osseuses du corps plus marquées à travers la peau et, au niveau du visage, les os des pommettes ou l’arc de la mâchoire sont plus visibles.

Quelles sont les techniques utilisées pour la lipostructure du visage ?

Une procédure qui découle d’un nouveau concept de rajeunissement est utilisée. Par des incisions minimes de quelques millimètres, nous extrayons la graisse corporelle du patient, qui fait office de greffon, pour intervenir dans le comblement des sillons, des rides ou des zones dépourvues de tissu. De cette façon, nous maintenons les compartiments graisseux du visage au bon endroit et avec le bon produit de remplissage.
En fonction des caractéristiques et des souhaits du patient, la graisse corporelle peut être extraite de différentes zones, telles que l’abdomen, les cuisses et les fesses, ce qui permet d’améliorer la silhouette du corps. C’est en raison de cette méthode que certains patients profitent de cette intervention pour subir une liposuccion en même temps.

Cela changera-t-il l’expression du visage ?

Non. L’objectif est de respecter les traits caractéristiques du patient afin de corriger le manque de volume du visage, la flaccidité et les traits de vieillissement,

Comment se passe la période postopératoire ?

Sans nécessiter d’hospitalisation, la Lipostructure du visage se rétablit rapidement et les incisions passent inaperçues, de sorte qu’elle ne laisse pratiquement aucune cicatrice.

Lipostructure ou lifting : quelle est la différence ?

Dans le second cas, contrairement à la lipostructure, la peau est étirée, en retirant, si nécessaire, l’excès de peau, tout en restructurant les zones du visage restées relâchées. Voir aussi https://fr.wikipedia.org/wiki/Lipostructure pour en savoir plus !

 

Lipofilling ou lipotransfert

Le lipotransfert ou lipofilling est une technique qui consiste à prélever de la graisse d’une partie du corps pour la placer dans une autre.

Qu’est-ce qu’un lipofilling ?

La graisse sous-cutanée présente plusieurs caractéristiques qui en font un tissu idéal pour les traitements multiples : Abondant : il peut être utilisé comme matériau de remplissage et pour donner du volume. Elle ne provoque pas de rejet puisqu’il s’agit de la propre graisse du patient. Riche en facteurs de croissance : Il favorise la cicatrisation, améliore la circulation, la formation de collagène, etc. Principale source de cellules souches dans l’organisme.

Le lipotransfert est généralement appliqué dans ces parties du corps :

  • Lipotransfert dans les fesses
  • Lipotransfert dans le visage : c’est le plus courant et le plus simple. Il est appliqué sur différentes parties du visage comme les lèvres, les pommettes et le front.
  • Lipotransfert dans les seins

L’intervention peut être réalisée aussi bien en milieu hospitalier qu’en ambulatoire. Une anesthésie locale est généralement utilisée pour infiltrer à la fois la zone donneuse et la zone à traiter, mais si l’anesthésiste le juge opportun, une anesthésie générale est utilisée.

Pourquoi est-elle réalisée ?

L’objectif principal du lipofilling est d’améliorer l’aspect esthétique et le rajeunissement du corps. En général, cette opération est effectuée pour définir les pommettes, les joues et le menton, redessiner le visage, réduire les rides, remplir les mollets et les fesses, raffermir les lèvres minces et remodeler les seins affaissés ou petits. Ce traitement, outre ses objectifs esthétiques, est également optimal pour réparer rapidement les tissus lésés ou cicatriser les plaies, comme la correction des défauts post-traumatiques et chirurgicaux ou le comblement des cicatrices. Ce type de traitement est utilisé pour remplir ou donner du volume à certaines zones du corps comme les lèvres, les seins, etc., évitant ainsi l’utilisation de matériaux synthétiques ou semi-synthétiques.

Il s’agit d’une technique qui a révolutionné la chirurgie plastique et qui peut être utilisée comme un traitement exclusif ou en complément d’autres. Outre les applications les plus typiques telles que le comblement pour augmenter le volume d’une zone corporelle, la reconstruction mammaire ou le rajeunissement du visage, le lipotransfert est également utilisé pour le traitement des cicatrices, le traitement des lésions causées par la radiothérapie et, depuis quelques années, il est utilisé dans le traitement des douleurs d’origine neuropathique, c’est-à-dire des lésions nerveuses.

En quoi consiste-t-il ?

La technique du lipofilling consiste à aspirer le tissu adipeux, communément appelé graisse, des zones du corps où il est présent en plus grande quantité comme l’abdomen, les hanches et les cuisses, au moyen de canules reliées à des seringues et introduites après quelques minutes dans la zone à traiter. La graisse extraite est injectée dans la zone souhaitée comme une substance de remplissage courante, avec la particularité, toutefois, d’être une substance naturelle produite par le corps lui-même. La première étape pour réaliser le lipotransfert est de connaître la quantité de tissu adipeux nécessaire pour obtenir le résultat souhaité, il faut donc faire un calcul. Selon l’importance de l’extraction, elle se fera d’une manière ou d’une autre et dans une zone ou une autre. Par exemple, si une quantité importante de graisse est nécessaire pour réaliser le comblement, elle est généralement extraite de la zone abdominale ou des hanches, qui sont celles qui accumulent normalement le plus de tissu adipeux. En revanche, si les retouches ou le remplissage sont peu importants, l’extraction de la graisse peut se faire de manière plus simple, voire directement à la seringue. Dans l’un ou l’autre des deux types d’extraction, la graisse est généralement extraite avec d’autres tissus et du sang. Un processus de filtrage est donc effectué afin que le tissu adipeux à transférer soit aussi pur et propre que possible. Cela permet de réduire le pourcentage d’absorption des graisses par l’organisme lui-même.

Comment se préparer au traitement ?

Avant une intervention chirurgicale, une visite préopératoire est essentielle pour le patient et le chirurgien. Au cours de cette visite, le chirurgien plasticien évalue le mode de vie du patient et ses éventuelles pathologies, identifie les zones à problèmes et celles dont la graisse sera extraite pour être infiltrée, le tout en accord avec le patient. La planification de l’opération se termine par une planification préopératoire des zones affectées, des photos de celles-ci pour comparaison après l’intervention et des instructions spécifiques sur le régime et les habitudes à suivre avant et après le traitement. Les recommandations de mode de vie les plus courantes à suivre sont l’abstention de fumer pendant quatre semaines avant et huit semaines après l’opération et l’interdiction de prendre des anti-inflammatoires ou de l’acide acétylsalicylique, qui altèrent la microcirculation et augmentent le risque d’infection. Avant de procéder à la liposuccion, le spécialiste analysera le profil du patient, en tenant compte des problèmes de santé (difficultés éventuelles de coagulation) que le patient peut avoir et de ses antécédents médicaux afin de déterminer la procédure à suivre.

Quelques conseils à suivre dans les jours précédant la procédure :

Utilisez un savon germicide sur la peau. Pas de médicaments contenant des salicylates (quinze jours avant et quinze jours après l’opération) Ne pas fumer (quinze jours avant et quinze jours après l’opération). Hydratez la peau, pour assurer une meilleure élasticité de la peau, en plus de la rendre plus apte à la procédure.

Que faut-il faire ensuite ?

Dans la période qui suit immédiatement le traitement, un vêtement de compression est appliqué pendant trois semaines pour éviter les gonflements et les ecchymoses. Le patient ressentira un engourdissement et une douleur dans la zone traitée, qui peuvent être soulagés par des analgésiques courants. Le résultat est visible après les trois premières semaines et deviendra optimal environ six mois après l’intervention. Le patient peut reprendre ses activités quotidiennes normales deux à quatre semaines après l’opération, mais cela dépend de la partie traitée.

Soins après l’opération

Le patient doit principalement suivre les médicaments prescrits par son médecin, dans le but de réduire le risque d’infections ; respecter le temps de repos (ne pas dépasser les premières 24 heures) et ne pas s’exposer au soleil jusqu’à ce que les ecchymoses aient disparu (environ six semaines) et, lorsqu’elles ont disparu, il est sage d’utiliser une protection solaire pendant six mois, tout cela afin d’éviter une hyperpigmentation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code