medecine

L’HISTOIRE DES SOINS INFIRMIERS

En substance, la profession d’infirmière existe depuis le début des temps, bien qu’elle ait considérablement évolué au cours de l’histoire. Aujourd’hui, les infirmières sont l’une des professions les plus importantes du secteur des soins de santé et elles sont formées à un large éventail de tâches professionnelles qui sont utilisées dans divers contextes à travers le monde. Voici une histoire approfondie des soins infirmiers et de leur évolution jusqu’à l’état actuel.

Les débuts de la profession d’infirmier

Infirmière romaine On pense que les premiers aspects enregistrés de la profession d’infirmière remontent à l’apogée de l’empire romain, vers 300 après J.-C. C’est à cette époque que l’Empire a cherché à placer un hôpital dans chaque ville sous sa domination. Ainsi, de nombreuses “infirmières” de l’époque aidaient à dispenser des soins médicaux aux patients hospitalisés dans les hôpitaux nouvellement créés, aux côtés des médecins. Lorsque l’empire romain est devenu l’empire byzantin, il a continué à innover dans ce domaine en créant deux hôpitaux complets dans la grande ville de Constantinople, qui abritaient des infirmières et des infirmiers. Ces infirmières étaient connues sous le nom d’hypourgoi et ont contribué à faire progresser les soins infirmiers à une échelle plus globale. Cependant, il est important de noter que les soins infirmiers sont devenus beaucoup plus populaires en Europe au cours du Moyen Âge, principalement en raison de leur diffusion par l’Église catholique.
Les soins infirmiers au Moyen Âge

Infirmière du Moyen Âge

Lorsque l’on jette un coup d’œil sur les soins infirmiers au Moyen Âge, on constate qu’une myriade de progrès et d’innovations ont été mis en œuvre dans le secteur des soins infirmiers au cours de ces années, contribuant à former certaines des racines des soins infirmiers modernes. À cette époque, l’industrie était encore largement basée sur la religion, la grande majorité des infirmières disponibles étant des religieuses et même des moines. Les hôpitaux fonctionnaient de multiples façons, accueillant des lépreux et des réfugiés parmi les malades et les blessés typiques. C’est pour cette raison que le rôle d’une infirmière au sein de l’hôpital impliquait un éventail de tâches plus large que ce que l’on peut voir aujourd’hui.
Vers la fin des années 500 et le début des années 600, le premier hôpital espagnol a été créé à Mérida, en Espagne, et bon nombre de ses infirmières étaient fournies par l’église catholique. Il leur était explicitement demandé de s’occuper de tous les malades, quelle que soit leur nation d’origine ou leur religion. Alors que beaucoup de ces hôpitaux européens commençaient à se dégrader dans les années 800, l’empereur Charlemagne a pris la décision de restaurer et d’équiper ces hôpitaux avec tous les équipements médicaux les plus récents de l’époque. L’empereur a également exigé que des hôpitaux soient rattachés à chaque cathédrale et monastère d’Europe, ce qui a contribué à stimuler la demande d’infirmières encore plus nombreuses.

C’est à l’aube des Xe et XIe siècles que les soins infirmiers ont commencé à se développer, principalement en raison de différentes réglementations en Europe.

D’une part, les monastères ont commencé à abriter des hôpitaux dans leurs locaux, ainsi qu’une infirmerie séparée, bien que celle-ci ne devait être utilisée que par les personnes identifiées comme religieuses. Dans ces monastères, les infirmières étaient tenues de fournir aux patients tout type de service qu’ils demandaient ou dont ils avaient besoin, même en dehors des services de soins de santé généraux. Ce modèle de soins infirmiers est devenu de plus en plus populaire dans de nombreux pays, principalement en

Allemagne et en France, et a donné les grandes lignes de la manière dont les infirmières sont censées traiter leurs patients aujourd’hui. On demandait souvent aux infirmières de fournir de l’aide et des soins en se rendant dans les régions voisines afin de faire des visites à domicile.
Non seulement de nombreux monastères abritaient des hôpitaux, mais c’est également à cette époque que chaque église a été obligée de disposer d’un hôpital au sein de la structure. Cependant, ces églises étaient plus difficiles à entretenir que leurs homologues des monastères, en grande partie parce que les monastères existaient à la campagne, tandis que les églises étaient souvent situées en ville, ce qui signifiait que davantage de personnes auraient besoin des services des infirmières et des médecins. C’est pourquoi le prêtre de chaque église devait aider l’hôpital qui se trouvait dans son église. Ce système s’est avéré efficace à court et à long terme et a permis à l’Allemagne de construire plus de 150 hôpitaux entre 1200 et 1600, élargissant considérablement le rôle des infirmières en Europe.
Le milieu des années 1000 a également vu une augmentation de ce que l’on appelle les maisons de bienfaisance, car elles ont été apportées en Angleterre par les Normands lors de leur conquête et de leur éventuelle capture de ce pays. Ce type d’établissement de soins de santé était différent de ceux des églises et des monastères, en grande partie parce que les infirmières fournissaient des aumônes et d’autres médicaments à certains clients plus riches. Les aumônes, en particulier, étaient utilisées pour préparer les enterrements, devenant ainsi très recherchées. Ce style d’aide était nettement nouveau par rapport à tout ce que l’on voyait dans le passé et semblait inaugurer une nouvelle ère pour les soins infirmiers.

Histoire

Au début du XXe siècle, la tuberculose était l’un des problèmes de santé les plus urgents du Royaume-Uni. Une commission royale, intitulée The Royal Commission Appointed to Inquire into the Relations of Human and Animal Tuberculosis, a été créée en 1901. Elle avait pour but de déterminer si la tuberculose chez les animaux et les humains était la même maladie et si les animaux et les humains pouvaient s’infecter mutuellement. Cette page décrit comment, en 1919, la Commission est devenue le Conseil indépendant de la recherche médicale.

Le premier fonds national pour la recherche médicale

En 1911, le Parlement a adopté la loi sur l’assurance nationale, présentée par David Lloyd George en tant que Chancelier de l’Échiquier, qui a mis en place des régimes d’assurance maladie et d’assurance chômage. L’une des dispositions – payée avec un penny par personne active et par an – concernait le traitement en sanatorium des cas de tuberculose et les “fins de recherche”. Cela a permis de créer un fonds national pour la recherche médicale et s’est élevé à 57 000 livres sterling par an, soit l’équivalent de près de 4 millions de livres sterling aujourd’hui.
Un comité des commissaires aux assurances d’Angleterre, d’Écosse, d’Irlande et du Pays de Galles a recommandé la création d’un organisme de recherche doté d’un conseil consultatif et d’un comité exécutif.

Comment l’argent a été dépensé

Le comité exécutif a décidé que l’argent devait être dépensé pour des recherches menées par des chercheurs qu’il emploierait et qui travailleraient dans des institutions agréées. Il a également estimé que certains chercheurs “exceptionnels” devraient recevoir un salaire et une pension afin qu’ils puissent consacrer tout leur temps à la recherche. “Des efforts devraient également être faits pour retenir pour la recherche de jeunes chercheurs talentueux qui auraient autrement tendance à dériver vers d’autres lignes”, a déclaré la commission.
Le Comité de la recherche médicale et le Conseil consultatif ont été créés en 1913. Il s’agissait en fait d’un organisme de recherche unique pour l’ensemble du Royaume-Uni, avec des fonds fournis dans le cadre de la loi sur l’assurance nationale pour la recherche médicale, et non limités à la tuberculose. Ses membres organisent des visites aux chercheurs dans les laboratoires de tout le Royaume-Uni et, en 1913, soumettent le premier “programme de recherche” national à l’approbation ministérielle. Le comité a lancé ses propres programmes de recherche et a également répondu aux questions d’ordre médical soulevées par les ministères, par l’intermédiaire de sous-comités et d’unités de recherche spécialisées dans des domaines spécifiques. Il a également financé des recherches menées par des organismes ou des personnes externes, complétant ainsi les ressources de recherche des universités et des hôpitaux.

Le premier institut central

En 1914, le comité a décidé de créer un institut central de recherche avec des lits d’hôpitaux pour la recherche clinique et un département de statistiques. Ils ont choisi Hampstead, dans le nord de Londres, comme site de l’institut, et ont déclaré que celui-ci devait avoir un directeur en chef qui était le meilleur “à tout prix”. L’institut a ouvert ses portes en 1920 et est devenu plus tard l’Institut national de recherche médicale du MRC (NIMR). En 2015, le NIMR est devenu une partie de l’Institut Francis Crick.

Le MRC voit le jour

Après la Première Guerre mondiale, en 1918, un ministère de la santé pour l’Angleterre et le Pays de Galles a été proposé, qui serait responsable de l’assurance maladie nationale. En 1919, la loi sur le ministère de la santé a transféré les pouvoirs pertinents des commissaires aux assurances au nouveau ministre de la santé. La question de la fusion du MRC avec le nouveau ministère a également été débattue. Mais comme le MRC couvrait un champ de recherche médicale plus large, il est resté séparé et est devenu le Conseil de la recherche médicale.
Le nouveau conseil avait les mêmes membres et les mêmes fonctions que le Comité de la recherche médicale et le Conseil consultatif. La loi de 1919, cependant, exigeait qu’il ait une charte royale, et le MRC devint une société, capable de détenir des biens. Il a également reçu une nouvelle orientation au niveau ministériel, avec un comité composé du ministre de la santé, du secrétaire pour l’Écosse et du secrétaire en chef pour l’Irlande, qui était responsable du financement du conseil. Cependant, le MRC avait ses propres pouvoirs exécutifs, contrairement au ministère de la recherche scientifique et industrielle, un service gouvernemental créé en 1915 pour superviser la recherche scientifique et encourager l’application de la science à l’industrie.

Indépendance par rapport au gouvernement

L’idée que le MRC devrait prendre des décisions scientifiques indépendamment du gouvernement a été proposée pour la première fois dans un rapport de 1918 par un comité dirigé par Lord Richard Haldane. Ce rapport a été connu sous le nom de “principe Haldane”.
Le rapport disait : “Bien que les activités du Comité de la recherche médicale relèvent de la compétence du ministre responsable de l’assurance maladie… le ministre s’en remet… au MRC pour sélectionner les objets auxquels il consacrera ses revenus et pour définir des programmes visant à assurer l’efficacité et l’économie de ses travaux”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code