Esthétique

Hyaluronidase

Activité de formation continue

La hyaluronidase est une enzyme utile pour faciliter la gestion des médicaments injectables. Cette activité passe en revue les indications, l’action, les effets indésirables et les contre-indications de la hyaluronidase en tant que thérapie adjuvante importante pour les patients nécessitant des injections sous-cutanées. Cette activité mettra en évidence le mécanisme d’action, le profil des effets indésirables et d’autres facteurs clés pertinents pour les membres de l’équipe interprofessionnelle dans le cadre des soins aux patients nécessitant une thérapie chronique par injection.

Objectifs :

  • Identifier le mécanisme d’action de la hyaluronidase.
  • Décrire les effets indésirables de la hyaluronidase.
  • Passer en revue la surveillance appropriée et la toxicité de la hyaluronidase.

Résumer les stratégies de l’équipe interprofessionnelle pour améliorer la coordination des soins et la communication afin de faire progresser le traitement par hyaluronidase et d’améliorer les résultats.

Indications

De nombreux patients atteints de maladies chroniques ont besoin d’injections dans le cadre de leur traitement médical prolongé. Il a été démontré que la hyaluronidase améliore l’administration systémique des médicaments injectables et permet d’obtenir de meilleurs résultats thérapeutiques pour ces patients. Parmi les exemples de médicaments actuellement utilisés en association avec la hyaluronidase, citons notamment : l’insuline dans le traitement du diabète, les interférons bêta dans la sclérose en plaques, les produits biothérapeutiques dans la polyarthrite rhumatoïde, les immunoglobulines de remplacement dans les immunodéficiences primaires et les anticorps monoclonaux dans le traitement du cancer. La hyaluronidase est également utilisée pour plusieurs autres types de gestion médicale.

  • Amélioration de l’absorption et de la dispersion des médicaments injectés
  • Administration de liquide sous-cutané pour la thérapie d’hydratation – hypodermoclyse
  • Urographie sous-cutanée pour améliorer l’absorption des agents radio-opaques
  • Gestion de l’extravasation de médicaments à partir de lignes intraveineuses
  • Adjuvant aux blocs oculaires d’anesthésie locale pour la chirurgie ophtalmique

Traitement des cicatrices chéloïdes – implique une cryochirurgie suivie d’injections de hyaluronidase, de triamcinolone et de 5-fluorouracil.
L’inversion des produits de comblement du visage composés d’acide hyaluronique.
La hyaluronidase est une enzyme qui dégrade le glycosaminoglycane hyaluronane, plus connu sous le nom d’acide hyaluronique. L’acide hyaluronique est un composant de la matrice extracellulaire qui absorbe l’eau et a une consistance de gel. La structure de l’acide hyaluronique entrave le mouvement des fluides et réduit le volume des médicaments injectables dans l’espace sous-cutané.

La hyaluronidase est une enzyme naturelle qui catalyse la dégradation de l’acide hyaluronique par dépolymérisation.
Des formulations de hyaluronidase humaine recombinante (rHuPH20) sont disponibles pour l’administration thérapeutique par injections sous-cutanées. Lorsque cette enzyme est co-administrée avec d’autres biothérapies telles que l’insuline, les immunoglobulines ou les agents de chimiothérapie, elle augmente la biodisponibilité du médicament cible en dégradant l’acide hyaluronique dans l’espace interstitiel et en permettant la dispersion du médicament. Le temps nécessaire pour atteindre la Cmax diminue lorsque la hyaluronidase est administrée en même temps que le médicament cible, ce qui signifie que le médicament est mieux absorbé et entre plus rapidement dans la circulation systémique grâce à la dégradation de l’acide hyaluronique.
La hyaluronidase humaine recombinante (rHuPH20) a été utilisée pour augmenter le volume de perfusion, réduire la fréquence des perfusions et diminuer le nombre de sites de perfusion des produits pharmaceutiques injectables.

Mécanisme d’action

L’acide hyaluronique est un glycosaminoglycane qui contribue à la matrice extracellulaire des tissus conjonctifs. Il s’agit d’une grosse molécule visqueuse et hygroscopique qui bloque l’écoulement des fluides pénétrant dans le système vasculaire à partir d’un espace sous-cutané. L’acide hyaluronique est un polymère linéaire composé de milliers de disaccharides simples empilés les uns sur les autres, ce qui contribue aux propriétés hydrophiles de la molécule. L’acide hyaluronique a une demi-vie relativement courte de 15 à 20 heures. La hyaluronidase est une enzyme qui dépolymérise temporairement et de manière réversible l’acide hyaluronique ; cela crée des microcanaux dans la matrice interstitielle qui permettent aux fluides de s’écouler. La hyaluronidase humaine recombinante est spécifique pour le clivage de la liaison bêta 1-4 du glycosaminoglycane.

Administration

L’administration typique de la hyaluronidase se fait par injection sous-cutanée à des doses allant de 50 à 300 unités/mL. Lorsque l’on utilise cette enzyme pour améliorer la dispersion d’un autre agent pharmaceutique, l’administration est possible de deux manières. Elle peut être injectée d’abord dans le tissu sous-cutané, puis le second agent peut être injecté séquentiellement avec la même aiguille. Des études ont été menées sur l’injection de hyaluronidase humaine recombinante pégylée (PEGPH20) directement dans une tumeur afin de dégrader l’acide hyaluronique local et d’améliorer l’administration de l’agent cytotoxique.

Effets indésirables

Les effets indésirables les plus fréquemment rencontrés sont la réaction au site d’injection, les maux de tête, la fatigue, les nausées et la fièvre. Les réactions graves peuvent inclure des réactions d’hypersensibilité, l’anaphylaxie, l’hyperviscosité et la thromboembolie. La hyaluronidase humaine recombinante est accompagnée d’un avertissement de thrombose dans la boîte noire. Les facteurs de risque de précipitation de la thrombose sont les états hypercoagulables, l’immobilisation prolongée, l’âge avancé et les maladies cardiovasculaires. Il est essentiel de s’hydrater de manière adéquate avant d’administrer la dose pour prévenir ces effets indésirables.
La hyaluronidase d’origine animale est immunogène et peut provoquer des réactions allergiques. La hyaluronidase recombinante humaine (rHuPH20) est mieux tolérée et est moins susceptible de provoquer une réaction allergique. Environ 6 % de la population présente des anticorps anti-rHuPH20 qui ne sont pas neutralisants et n’ont pas de conséquences cliniquement significatives.
Les données disponibles sont insuffisantes pour évaluer le risque pour le fœtus pendant la grossesse, et il n’existe pas de données humaines permettant d’évaluer les effets sur la production de lait chez les mères allaitantes. Il est essentiel de peser les risques par rapport aux bénéfices lors de la prescription à des femmes enceintes ou allaitantes.

Contre-indications

Les contre-indications à ce médicament comprennent une hypersensibilité à cette classe de médicaments ou aux composants de l’injection. La prudence est nécessaire lors de l’administration de ce médicament à une personne présentant un risque accru de thrombose. Un article proposé par www.aesthetics-ge.ch/fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code