Uncategorized

Le début de la vie : une histoire de l’obstétrique

Résumé

À l’origine, l’intervention obstétricale consistait à extraire le bébé, généralement par le siège, pour sauver la vie de la mère en cas de travail obstrué. Les forceps, introduits au 17e siècle, ont ensuite été perfectionnés par des hommes-sages-femmes comme William Smellie. À l’époque victorienne, Simpson s’est fait le champion de l’anesthésie au chloroforme, Lister a été le pionnier de l’antisepsie et la césarienne a été introduite. En 1935, cependant, le taux de mortalité maternelle en Europe avoisinait encore les 400/100 000. Il a chuté de façon spectaculaire après l’apparition des antibiotiques et est aujourd’hui de 11,4. Dans les années 1960, l’échographie et la surveillance électronique du fœtus se sont généralisées. En 2000, le taux de césarienne en Europe atteignait 20 %. Dans le monde, l’accouchement provoque encore 600 000 décès maternels par an.

LES ORIGINES DE L’OBSTÉTRIQUE

Les premiers accoucheurs étaient des femmes. Dans la mythologie antique, les déesses (mais pas les dieux) étaient présentes lors des accouchements. Dans les tribus “primitives” étudiées par les anthropologues au siècle dernier, la femme en travail était accompagnée de sa mère ou d’une autre parente. Des figures préhistoriques et des dessins de l’Égypte ancienne montrent des femmes accouchant en position assise ou accroupie. Les tabourets d’accouchement et les sages-femmes sont également mentionnés dans l’Ancien Testament. L’histoire de l’obstétrique est inextricablement liée à celle de la profession de sage-femme. En effet, la première césarienne réussie a été pratiquée par une sage-femme irlandaise, Mary Donally, en 1738. Obstetrix était le mot latin pour sage-femme : on pense qu’il dérive de obstare (se tenir devant), parce que l’accoucheuse se tenait devant la femme pour recevoir le bébé. Ce n’est qu’au XXe siècle que la matière enseignée dans les écoles de médecine a changé de nom, passant de “sage-femme” à “obstétrique”, peut-être parce qu’un nom latin semblait plus académique que le nom anglo-saxon, dérivé de mid, “avec”, et wyf, “femme”.

Les écrits d’Hippocrate, au cinquième siècle avant Jésus-Christ, comprennent une description de la naissance normale. L’accouchement instrumental était réservé aux bébés mort-nés et impliquait l’utilisation de crochets, d’instruments destructeurs ou de forceps de compression. Ces instruments sont décrits dans les textes sanskrits et étaient connus en Arabie, en Mésopotamie et au Tibet. L’intervention instrumentale en cas de travail obstrué avait probablement un coût élevé en termes de mortalité maternelle. Soranus d’Éphèse (98-138 après J.-C.) a décrit les soins prénatals, le travail et la prise en charge de la mauvaise présentation par la version interne et l’extraction du siège. Il conseillait que, pendant le travail, la femme soit allaitée au lit jusqu’à ce que l’accouchement soit imminent, puis transférée sur la chaise d’accouchement, où la sage-femme s’asseyait en face d’elle, l’encourageant à pousser, avant de recevoir le bébé sur un papyrus ou un tissu. Les écrits de Soranus ont servi de base au “Moschion”, un manuscrit latin du sixième siècle de notre ère, mais les connaissances obstétriques n’ont guère évolué jusqu’à l’invention de l’imprimerie, 900 ans plus tard.

LA RENAISSANCE

Les premiers pamphlets obstétricaux ont été imprimés en latin ou en allemand à la fin du 15e siècle, mais ils n’ont eu que peu d’impact. En 1513, cependant, un manuel d’obstétrique a été publié et est devenu un best-seller. Der Schwangern Frauen und Hebamen Rosengarten, connu sous le nom de “The Rosengarten”, a été traduit en néerlandais en 1516 et réimprimé de nombreuses fois en néerlandais et en allemand au cours des décennies suivantes. Il a également été traduit dans plusieurs autres langues, dont le français et l’anglais3.

“The Rosengarten” est la seule œuvre publiée d’Eucharius Rosslin, un apothicaire de Fribourg qui s’est lancé dans la médecine en 1498, a travaillé à Worms et à Francfort, et est mort en 1526. Rosslin n’a peut-être pas pratiqué l’obstétrique lui-même, mais il a réaffirmé l’enseignement obstétrical des anciens, y compris Soranus, et a inclus de nouvelles gravures sur bois basées sur leurs illustrations originales. Dans sa préface, Rosslin fustige les sages-femmes de l’époque pour leur ignorance et leur superstition.

En 1532, son fils publia une traduction latine du livre, qui devint le précurseur du De conceptu et generatione hominis, un texte latin publié en 1554 par Jacob Rueff (1500-58), chirurgien et obstétricien à Zurich. L’expérience pratique de Rueff en matière d’obstétrique a amélioré le texte original de Rosslin, mais le sujet était similaire à celui de Soranus. Rueff a décrit des pinces à dents pour extraire un bébé mort (de tels instruments étaient déjà connus en Arabie) et a recommandé des manipulations internes et externes pour obtenir une présentation en pied.

Pendant plus de 1000 ans, les obstétriciens ont géré le travail obstrué en convertissant la présentation en un siège en pied et en accouchant le bébé par traction. Rueff a écrit que la pression exercée sur l’abdomen de la mère pouvait faciliter l’accouchement de la tête du bébé. Si cette méthode nous paraît aujourd’hui grossière, il faut se rappeler qu’à l’époque qui a précédé la césarienne, le principal risque d’un travail obstrué était la mort de la mère. L’obstétricien n’était convoqué que lorsque la sage-femme se rendait compte que des problèmes se développaient, et souvent, à ce stade, le bébé était mort. (Le stéthoscope n’ayant été inventé qu’au 19e siècle, il était impossible de surveiller l’état du fœtus).

Il a été suggéré que la popularité des manuels de Rosslin et Rueff a entraîné des tensions entre les médecins et les sages-femmes, car les médecins, interdits en tant qu’hommes d’assister à un accouchement normal, pouvaient désormais apprendre la profession de sage-femme sur le papier. Si c’est là la raison de l’émergence de l'”homme-sage-femme”, il a fallu du temps pour que cela se produise. L’effet immédiat de la redécouverte du savoir antique semble avoir été sur l’enseignement de la profession de sage-femme. Au cours du 16e siècle, le grand chirurgien militaire français Ambroise Paré (1510-90) a fondé une école de sages-femmes à Paris. Paré a écrit sur la version podale et l’extraction du siège ainsi que sur la césarienne, qu’il aurait pratiquée ou supervisée non seulement après la mort de la mère mais aussi, au moins deux fois, sur des femmes vivantes. L’une des sages-femmes élèves de Pare a ensuite fréquenté la cour de France et l’un des bébés qu’elle a mis au monde – une fille nommée Henrietta Maria – est devenue reine d’Angleterre à l’âge de 16 ans lorsqu’elle a épousé le roi Charles Ier en 1625.

HOMMES-MIDIVES

Ce n’est qu’au XVIIe siècle que les “accoucheurs” (hommes sages-femmes) deviennent à la mode en France. En 1663, un chirurgien s’occupe d’une maîtresse de Louis XIV. Le plus connu des accoucheurs français est François Mauriceau (1637-1709), dont le nom est familier aux obstétriciens d’aujourd’hui en raison de la manœuvre dite de “Mauriceau-Smellie-Veit”, qui permet de traiter la tête arrière lors d’un accouchement par le siège. Cette manœuvre – presque une seconde nature pour les obstétriciens du XXe siècle – consiste à tourner le bébé vers l’arrière et à insérer un doigt dans sa bouche pour maintenir la flexion de sa tête. Voir https://sos-gynecologue.ch/ pour en savoir plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code