brown wheat field during daytime
Alimentation

Les besoins en vitamine D

La mesure de la vitamine D est l’un des tests de laboratoire les plus couramment effectués  dans le monde. Depuis quelques années, nous avons une histoire de prévalence élevée de carence en vitamine D dans la population, et par rapport à cela, tant l’évaluation des niveaux que l’utilisation de la supplémentation sont proposées.

Mais est-il vraiment nécessaire de procéder à un test de dépistage de la vitamine D ?

Examinons d’abord ce que dit le groupe de travail américain sur les services préventifs, une source majeure d’informations sur les services préventifs. En 2014, elle a conclu que les preuves actuelles sont insuffisantes pour recommander la mesure de la vitamine D pour son potentiel à générer des bénéfices pour la santé chez les adultes asymptomatiques. C’est très important, car lorsque nous demandons un test, nous pensons qu’il apportera des avantages, mais cela ne semble pas être le cas ici.

Les arguments avancés pour cette recommandation sont les suivants :

  • L’exactitude des méthodes de dépistage de la vitamine D n’est pas clairement établie.
  • Il n’existe pas non plus de consensus sur les niveaux qui définissent une carence en vitamine D.
  • Il n’existe aucune étude évaluant le bénéfice direct du dépistage de la vitamine D chez les adultes.
  • Les données existantes indiquent que le traitement de la carence en vitamine D n’apporte aucun bénéfice pour des pathologies telles que le cancer, le diabète sucré de type 2, le risque de mortalité chez les personnes en bonne santé, ou même le risque de fracture chez les personnes qui ne présentent pas de risque élevé de fracture.
  • Il n’y a pas de clarté concernant un bénéfice sur des résultats tels que le fonctionnement physique ou psychosocial.
    Les preuves globales concernant le traitement des personnes asymptomatiques présentant une carence en vitamine D sont insuffisantes.

En outre, il n’existe aucune étude évaluant les inconvénients directs du dépistage. Les risques d’un traitement à la vitamine D sont considérés comme faibles ou nuls s’ils sont utilisés à la dose indiquée, mais il y a un coût non négligeable associé à la fois à la mesure et à l’utilisation du traitement.

Qu’en est-il de la santé des os ? Une revue systématique publiée en 2018 dans The Lancet – Diabetes & Endocrinology a montré que la supplémentation en vitamine D ne rapporte pas de résultats positifs en matière de réduction des chutes, des fractures ou d’amélioration cliniquement significative de la densité minérale osseuse.

Et les enfants ? L’Académie américaine de pédiatrie a recommandé en 2017 d’éviter de demander le taux de vitamine D chez les enfants en bonne santé, y compris ceux qui sont en surpoids ou obèses.

Alors, que faire ? Comme pour la plupart des vitamines, une alimentation équilibrée et saine constitue une source suffisante de vitamine D. Cela inclut la consommation de poisson (thon, saumon, sardines, hareng, poisson), d’œufs, de fromages jaunes. En outre, divers aliments sont aujourd’hui enrichis en vitamine D, comme les yaourts, les céréales, le jus d’orange, entre autres.

Et l’exposition au soleil ? On parle beaucoup de l’importance de l’exposition au soleil pour augmenter les taux de vitamine D. C’est vrai, le soleil est l’une des principales sources de synthèse de la vitamine D. Cependant, nous ne savons pas non plus quelle quantité de soleil est nécessaire pour maintenir un niveau adéquat, même s’il s’agit probablement d’une exposition limitée. Si l’on considère que les risques de cancer de la peau sont clairs, recommander l’exposition au soleil uniquement pour augmenter les niveaux de vitamine D semble inapproprié. Toutefois, d’une manière générale, il est recommandé de faire des activités en plein air et d’éviter de rester à l’intérieur pendant des périodes prolongées.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code