PRP

FAIRE DES INJECTIONS DE PRP EN SUISSE, QU’EST-CE QUE C’EST ?

L’acronyme PRP signifie “Platelet Rich Plasma” (plasma riche en plaquettes), tandis que PRPHT désigne l’utilisation de cette technique pour lutter contre la calvitie (Hair Therapy). Il s’agit d’une technique médicale curative qui relève de la “médecine régénérative” et qui repose sur le principe que les cellules souches, dont la présence a été démontrée dans le bulbe pileux, possèdent des récepteurs pour les facteurs de croissance. Cela signifie que les cellules souches qui donnent vie aux cheveux peuvent être stimulées par une augmentation des signaux induisant la croissance (facteurs de croissance).

Les plaquettes en action

Le concentré de plaquettes est riche en facteurs de croissance et est donc utilisé pour favoriser la croissance des bulbes pileux ; le PRP est obtenu par une simple prise de sang qui est placée dans une centrifugeuse dans le seul but d’isoler le plasma enrichi en plaquettes de tout le reste ; la préparation ainsi obtenue est injectée directement sur le cuir chevelu avec des aiguilles très fines pour procéder à un massage qui favorise la répartition. Le patient pourra reprendre une vie normale après quelques heures, c’est pourquoi cette technique peut être considérée comme peu ou pas du tout invasive. La repousse commence à apparaître au bout de 2 à 4 mois après la première séance et atteint son maximum généralement au bout de six mois environ. Il est ensuite généralement recommandé d’effectuer des séances de rappel trois à quatre fois par an, selon la gravité du cas.

Une approche innovante

Ce protocole clinique est innovant dans le domaine du traitement de la calvitie, bien que le PRP soit déjà utilisé depuis plusieurs années en chirurgie orthopédique, maxillo-faciale, odontostomatologique, ophtalmologique et dans le traitement des ulcères chroniques, dans le domaine de la médecine esthétique pour la biorévitalisation et le rajeunissement de la peau et comme stimulation des cellules souches graisseuses dans le lipofilling autologue. Nous pouvons ainsi exploiter le système très compliqué des facteurs de croissance capables de guérir n’importe quelle lésion dans de nombreux organes du corps. Chaque organe est contrôlé par des facteurs de croissance spécifiques, et ceux de la peau sont IGF-1, FGH, VEGH.

Le sang comme vecteur de traitement

Les plaquettes sont des cellules de l’organisme qui circulent dans le sang et participent au processus de coagulation du sang en cas de blessure ou de saignement. Elles sont en effet parmi les premières cellules à déclencher le processus de réparation et de repousse des cellules endommagées ; dès qu’un tissu est endommagé, les plaquettes arrivent “activées” par divers facteurs chimiques naturels (processus inflammatoires, cytokines, macrophages, etc.) et stimulent les cellules à se “réparer”. Que ce soit après une greffe de cheveux ou par l”Injection de PRP directement dans le cuir chevelu atteint de calvitie, nous avons la possibilité de stimuler le bulbe avec une substance autologue riche en facteurs de croissance.

Pas de rejet possible

Le PRP étant une substance naturelle provenant du patient lui-même, il n’y a pas d’effets secondaires tels que d’éventuelles allergies ou intolérances. Il est dépourvu de toxicité, stimule les processus de bioréparation et de régénération. Il stimule l’angiogenèse et la revascularisation des tissus. Il stimule la prolifération des cellules mésenchymateuses, en particulier les cellules souches mésenchymateuses adultes, et la formation de collagène. Le PRP est donc une source de facteurs de croissance dérivés des granules plaquettaires du patient.

COMMENT OBTENIR LE PRP ?

Le PRP est obtenu en concentrant les propres plaquettes du patient (elles sont définies comme “autologues”) : une petite quantité de sang est prélevée (généralement 20cc) et recueillie dans des tubes à essai stériles à usage unique avec un anticoagulant. Les tubes sont centrifugés pendant quelques minutes à un nombre de tours bien déterminé.

Le sang n’entre pas en contact avec l’environnement, avec l’opérateur, et encore moins avec l’instrument. À la fin de la centrifugation, l’échantillon de sang sera séparé en deux parties distinctes : la partie inférieure contient les globules rouges et les globules blancs. La partie supérieure contient le plasma et les plaquettes avec les facteurs de croissance. Le PRP est aspiré à l’aide de pipettes spéciales et un activateur chimique est ajouté pour dégranuler les plaquettes, favorisant ainsi la libération des facteurs de croissance. Le PRP préparé peut ensuite être injecté dans le cuir chevelu à l’aide d’une seringue stérile. Les opérations doivent être consécutives car les plaquettes ont une durée de vie courte. Le sang est celui du sujet à traiter. La préparation, qui dure environ 45 minutes, est effectuée par du personnel spécialisé en pathologie clinique ou en hématologie. Ce traitement est donc sans risque. La centrifugation n’altère pas les cellules sanguines mais sert uniquement à les séparer. Il n’y a pas de contamination si toute la procédure est effectuée par le personnel approprié dans un environnement dédié.

RÉSULTATS

En ce qui concerne les résultats dans le traitement de la calvitie, les facteurs de croissance stimulent les cellules du bulbe (de la papille dermique, de la matrice, des mélanocytes) pour maintenir la phase Anagène active, pour produire la tige pilaire, pour réduire les processus inflammatoires cutanés, pour réduire la mort cellulaire. En outre, la concentration extrêmement puissante de facteurs de croissance naturels est capable de stimuler les cellules souches des bulbes encore présents pour donner à nouveau naissance à un bulbe pileux. Par conséquent, en cas d’alopécie androgénétique (calvitie), il peut faire repousser un certain nombre de cheveux (évidemment non définissables a priori) surtout dans les stades précoces de la pathologie (notamment du grade I à IV de l’échelle de Hamilton, et du grade I et II de l’échelle de Ludwig).

Selon la littérature scientifique, la repousse se produit dans 60-70% des cas de manière significative. En moyenne, 2 à 4 séances sont réalisées à trois mois d’intervalle. Dans l’alopécie areata, elle peut représenter la technique de traitement la plus importante avec des pourcentages de repousse des cheveux dans les plaques actives. Dans l’alopécie cicatricielle, il peut jouer un rôle important en contrôlant le processus inflammatoire et en réduisant la progression de la mort des bulbes actifs, surtout dans les formes initiales. S’il existe des cellules souches bulbaires résiduelles dans le derme, elles peuvent être stimulées.

La thérapie PRP peut être considérée comme l’une des techniques les plus avancées et les plus efficaces dans le domaine de la restauration des cheveux. Cependant, le succès du traitement dépend du type de pathologie, de diverses situations concomitantes et de la présence ou non de cellules souches activées. Les théories les plus avancées consistent désormais à combiner le traitement par PRP avant, pendant ou après la procédure de micro-autogreffe pour obtenir

  • Un enracinement plus rapide des bulbes transplantés
  • Une augmentation du pourcentage d’enracinement des bulbes
  • Une stimulation de la croissance des bulbes silencieux
  • Une cicatrisation plus rapide du cuir chevelu soumis à la greffe de cheveux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code