Uncategorized

Vienne et la médecine

L’École de médecine, 1750-1800 Première viennoise, était dirigée par le Néerlandais Gerard van Swieten (1700-1772), qui a tenté de donner à la médecine de nouvelles bases en encourageant l’observation clinique, la recherche botanique et chimique sans préjugés et en introduisant des remèdes scientifiques simples mais puissants. Lorsque l’hôpital général de Vienne a ouvert ses portes en 1784, il est immédiatement devenu le plus grand hôpital du monde et les médecins ont acquis une structure qui s’est progressivement transformée en centre de recherche le plus important. Les progrès ont pris fin avec les guerres napoléoniennes et l’arrestation du gouvernement en 1819 de toutes les revues et écoles libérales ; cela a provoqué un retour général au traditionalisme et à l’éclectisme en médecine.

Vienne était la capitale d’un empire diversifié et attirait non seulement des Allemands mais aussi des Tchèques, des Hongrois, des Juifs, des Polonais et d’autres personnes dans ses installations médicales de classe mondiale. Après 1820, la deuxième école de médecine de Vienne a vu le jour grâce à la contribution de médecins tels que Carl Freiherr von Rokitansky , Josef Å koda , Ferdinand von Hebra et Ignaz Philipp Semmelweis . La science médicale de base élargie et hautement spécialisée. En outre, les premières cliniques de dermatologie, d’ophtalmologie et d’oto-rhino-laryngologie du monde ont été fondées à Vienne. Le manuel de l’ophtalmologue Georg Joseph Beer (1763-1821) Lehre von den Augenkrankheiten combinait la recherche pratique et les spéculations philosophiques, et est devenu l’ouvrage de référence pendant des décennies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code